CEREMONIE DE COMMEMORATION de Eduardo Rusjan
(Belgrade,  14 avril 2018)


La Société de l'Histoire et de l'Automobilisme de Serbie a posé una couronne sur la pierre tombale du pionnier du vol Eduardo Rusjan pendant une cérémonie présidée par le Président Nebojsa Djiodjevic. Nombreux les participants.

 
 

 

DEVANT LE TOMBEAU D'EDUARDO RUSJAN A BELGRADE
(9.1.2012)



 
Lundi 9 janvier 2012 a été célébré le 101° anniversaire de la mort d'Eduardo Rusjan, pionnier du vol de Gorizia. La mémoire de la mort tragique du jeune pilote a été honorée aussi par un groupe de Slovènes qui ont visité Belgrade et déposé une couronne de laurier sur la tombe de l'Icare de Gorizia. A l'arrivée dans la capitale serbe se sont rendus sur la rive du fleuve Sava, où Eduardo a trouvé la mort à cause de la chûte de son avion. Les discorrs d'occasion ont été prononcés par Ernest Ferk, président de l'association des anciens pilotes militaires de Brežice en Slovénie, et par Vili Prin?i? comme représentant de Gorizia.

 
 
Le 9 janvier 2011 été imprimée cette enveloppe l'occasione du centenaire de la mort d'Eduardo Rusjan

 
 

Monument pour le centenaire du premier vol

Le nouveau monument funéraire

Inauguré au cimetière de Belgrade
en mémoire de la naissance d'Eduardo Rusjan le 6 juillet 1886

7 juillet 2007


L'image d'Eduardo en bronze sur base de marbre Janja Gomba?, l'déatrice du support en marbre

 
Le munument d'Eduardo Rusjan en ligne avec les autres tombes Le Maire de Nova Gorica Mirko Brulc pose une couronne de fleurs

 
Parmi des nombreux participants, des ex pilotes de l'aviation Yougoslave promoteurs de la création du momunent Bas-relief en marbre qui représente l'avion N° 1 construit à Zagabre en 1910, avec lequel Eduardo trouva la mort à Belgrade

*
*        *


Belgrade, 9 janvier 2006

Commémoration des 95 ans de la mort d'Eduardo Rusjan
Le pionnier de l'aviation représente une partie de notre histoire commune


La nièce Grazia Rusjan sur la Forteresse de Kalemegdan Les rails du chemin de fer sur lesquels échoua l'avion du pilote le 9 janvier 1911

 
La confluence des fleuves Danube et Sava sous la Fortesesse de Kalemegdan à Beograd Sre?ko Gomba? de Isola (Slovénie), auteur d'un récent ouvrage sur la vie des frères Rusjan, prononce quelques mots

 
La pierre tombale fleurie Le groupe de l'association des anciens pilotes slovènes de l'aviation yougoslave recueilli près de la tombe

 
         Les 8 et 9 janvier 2006 un groupe de personnes se sont rendues à Beograd pour rendre hommage au pionnier du vol Eduardo Rusjan à l'occasion du 95ème anniversaire de sa mort. Le voyage a été organisé par l'association des anciens officiers de l'armée de l'aire Yougoslave de Brežice. Le jeune pilote était décédé à Beograd le 9 janvier 1911 suite à un accident survenu pendant un de ses audaces  survols de démonstration. Dans cette ville se trouve aussi sa tombe. 
          Parmi les autres participants, était présente aussi Grazia Rusjan, nièce du pionnier. Il faut préciser qu'en faisant abstraction de tous les tragiques et sanglants événements qui ont accompagné l'éclatement de la Yougoslavie, les anciens officiers de l'armée de l'aire yougoslave provenant de Slovénie et de Serbie ont gardé des liens amicaux, accentués et développés ultérieurement au cours des dernières années. 
         Un des éléments de cohésion peut être considéré le fait que Eduardo Rusjan, avec la construction de "machines volantes" et ses courageuses expériences de vol, est considéré comme une partie importante d'histoire et comme patrimoine culturel commun entre les peuples de l'ex-Yougoslavie. La Serbie et la ville de Beograd auraient pu, après l'éclatement de la  Yougoslavie, "oublier" de rendre hommage au slovène Eduardo Rusjan, mais il ne l'ont pas fait. Pendant les derniers quinze ans on a toujours trouvé quelqu'un, dans les rangs des affiliés aux différentes associations et parmi des simples citoyens, qui s'est rendu au nouveau cimetière de Beograd en organisant même des simples cérémonies commémoratives à l'occasion des anniversaires, auxquelles ont participé aussi des citoyens slovènes, tandis que la Slovénie "officielle" s'intéresse seulement depuis peu à son célèbre concitoyen. 
          L'excursion à Beograd a duré deux jours. Dès leur arrivée dans cette ville imposante, située à la confluence de deux grandes  rivières, le Danube et le Sava, les participants ont visité l'imposante forteresse de Kalemegdan, et depuis les majestueuses murailles ont pu repérer l'explanade depuis laquelle l'avion de Eduardo Rusjan avait décollé dans ce lointain 1911 et le point exact où s'était écrasé plus bas, après le survol des deux rivières. 
           Les hôtes slovènes ont été reçus par l'ancien haut-gradé de l'aviation yougoslave, Stevan Mirkovic, qui a assuré le guide. Le général fait aussi partie du groupe d'ancien pilotes qui se sont occupés pendant toutes ces années de la manutention de la tombe de Rusjan et surtout ont gardé vivant son souvenir. Samedi 7 janvier 2006 en Serbie on fête le Noël selon la tradition orthodoxe et la ville était enveloppée dans une atmosphère très particulière et agréable de fête. 
        Le moment plus touchant a été la visite des hôtes slovènes à la tombe de Rusjan où a eu lieu une cérémonie très émouvante à laquelle a participé à titre officiel la vice-ambassadrice Jadranka Šturm Kocjan, qui a été pendant de nombreuses années consul général slovène à Trieste. Madame Kocjan a salué chaleureusement les Slovènes résidant en Italie. Etaient aussi présents, toujours à titre officiel, le chargé militaire auprès de l'ambassade slovène, M. Franc Ošnjak, et les représentants des fédérations d'aviation de Serbie et Montenegro. 
         Après les hommages habituels des couronnes, ont pris la parole Sre?ko Gomba? de Isola (Slovénie), auteur d'un récent ouvrage sur la vie des frères Rusjan, ?edomir Janji?, directeur du musée yougoslave (maintenant serbe) de l'aviation et Ljubiša Djordjevi?, auquel on doit le mérite d'avoir préservé jusqu'à nos jours. Tous les orateurs ont souligné l'opportunité que la tombe reste où elle se trouve. De cet avis est aussi la nièce Grazia Rusjan. En fait, malgré les changements politiques intervenus ces dernières années, Rusjan fait partie des patrimoines historique et culturels communs. En ce qui concerne la manutention de la tombe, elle devrait passer sous l'égide de l'ambassade slovène à Beograd.

*
*        *

Une plaque a été posée sur la façade de la maison
dans laquelle ont vécu les frères Rusjan



 
 
Une plaque décorative dédiée à la mémoire des frères Eduardo et Giuseppe Rusjan a été inaugurée le 4 décembre 2004 devant une petite foule d'environ 100 personnes qui s'étaient rassemblées dans la rue Cappella 8, siège de la demeure qui, entre 1909 et 1911 a été témoin du talent des deux pionniers de l'aviation Gorizia. Sont intervenus à la cérémonie Mr Brancati, maire de Gorizia (Italie), Mr Brulc, maire de Nova Gorica (Slovénie) et Mr Valen?i?, maire de San Pietro-Vertoiba, qui ont accueilli avec enthousiasme l'initiative de la nièce Grazia Rusjan, qui a voulu laisser une marque tangible de la présence de ses deux oncles dans la maison qui n'est désormais plus de propriété de la famille. L'actuel propriétaire de la petite maison avec jardin de la rue Cappella s'est montré tout à fait disponible et a offert un espace sur le mur extérieur pour appliquer la plaque commémorative.
Eduardo et Giuseppe sont évoqués comme des téméraires qui furent les premiers à s'aventurer sur les prés de la Campagnuzza et de l'actuel aéroport de Merna, près de Gorizia, avec des avions construits pratiquement à la maison. Les deux frères avaient aussi des contacts multiethniques avec le monde de l'aviation, notamment avec Blériot, auquel ils achetèrent leur premier moteur, un Anzani. Aujourd'hui ils sont évoqués grâce à leur appartenance "transfrontalière", soulignée pendant la cérémonie par les maires et par la présence du sénateur Milos Budin et des assesseurs Terpin et Marin?i?. Vittorio Brancati a relancé en même temps l'idée de la restructuration et de la récupération du terrain du presque abandonné aéroport de Gorizia, idée à transformer en réalité tangible aussi grâce à des futures collaborations avec les administrations slovènes voisines.
Après le maire de Gorizia, le maire de Nova Gorica a rappelé le nombre important de slovènes très connus qui ont véçu à l'étranger nonobstant le nombre exigu des habitants de la Slovénie.
Une fois les discours terminés, la plaque en eau-forte, qui représente l'avion le plus connu des frères Rusjan,  a été découverte derrière un drapeau européen qui cachait en outre une frase en italien, en slovène et en allemand et la date de l'anniversaire du premier vol. A la fin, le coeur Skara a donné une belle démonstration et la cérémonie s'est terminée avec une petite réception.

Il Messaggero di Gorizia, 5.12.2004


 

 
 
Paolo Fina couvre la plaque avec le drapeau européen
Vili Prin?i? prend la parole
Bref discours de Grazia Rusjan
Les autorités

 
 
Grazia Rusjan découvre la plaque
La plaque est découverte
La bénédiction par le curé de l'église Sant' Ignazio
Sre?ko Gomba?, auteur du livre "Eduardo et Giuseppe Rusjan à Gorizia"

 
Le maire de Gorizia Vittorio Brancati
Parmi les deux maires, Vittorio Brancati (Gorizia) a gauche et Mirko Brulc (Nova Gorica-Slovénie) à droite
Le coeur de Sant'Andrea (Gorizia)
A droite l'artiste Marjan Motoh, auteur de la plaque